Articles et reportages

Conte folklorique : Pourquoi les tigres ne peuvent pas grimper aux arbres
2021.03.08

 Le conte folklorique d'Okinawa « Tora ga ki nobori no dekinai riyū » (Pourquoi les tigres ne peuvent pas grimper aux arbres) se trouve sur le site Web de Hukumusume (http://hukumusume.com/). Nous l'avons traduit et le présentons en anglais avec l'autorisation de Hukumusume. Veuillez lire et écouter le conte sur la page anglaise. La version japonaise originale est disponible ici.

À propos de Rei – 2e partie par Nakamoto Masahiro
2020.12.22

 

 Bu “commence avec Rei et termine avec Rei”

 Si vous mettez cela en pratique dans la vie quotidienne, cela vous mènera à ce qu’il y a de meilleur dans la vie. Il est important de respecter et estimer les autres. Concernant l’étiquette, “Rei” ne consiste pas qu’en un salut. C’est une forme de prière pour le succès et la sécurité d’une démonstration, une manière d’exprimer sa gratitude aux maîtres passés qui ont élaboré les kata d’arts martiaux, au public, à l’endroit de la démonstration (au bois - chose vivante  qui forme les murs – et à l’atmosphère), aux armes que nous utilisons et aux gens qui font la démonstration avec nous.

 Lorsque vous vous réveillez tous les matins et dites bonjour à votre famille, vos élèves, vos camarades ou professeurs sur le chemin de l’école, amis et connaissances que vous rencontrez sur le chemin, l’autre personne va vous répondre. Dans le cadre d’une vie en société, cela mène à une vie douce, calme et paisible.

 “Shitsurei” (qui signifie « excusez-moi » et exprime également un manque de gratitude) signifie ignorer l’autre partie. “Kiri-sute gomen” – Durant l’ère Edo, il fut un temps où il était autorisé de donner un coup de sabre à des citoyens, des marchands ou des paysans qui se seraient comportés de façon grossière envers la classe des samouraïs. Dans toutes les relations humaines, le rôle d’une “morale respectueuse” est énorme. A l’origine, l’objectif ultime des arts martiaux japonais réside en un point : “Uyamau (Kei)” qui signifie “respect”.

 L’ancienne forme du caractère “Rei” a pour signification une offrande de sake aux dieux. Selon le dictionnaire Kadokawa sur les origines des caractères, celles-ci sont : 1) Courtoisie (Etiquette / Festival), 2) Cérémonie (Code vestimentaire / Cérémonie de proclamation d’un prince héritier), 3) Comment montrer du respect envers les autres (Grossiéreté / Impolitesse), 4) Gratitude ; Exprimer la gratitude (Note de remerciement / Rémunération), 5) Salut. Salutations (Culte / Salutations des yeux) sont mentionnés entre autres.

 Lors d’une démonstration de karaté et kobudō, saluez toujours au début et à la fin de la démonstration. Bu, ou les arts martiaux, commencent et terminent avec un salut, en tant que signe de courtoisie et de gratitude. Nous avons tous reçus un enseignement strict dans ce sens. Rei constitue également une forme de prière qui apaise le coeur, cultive une grande force et mène à la réalisation de soi. Si vous oubliez Rei, vous vous sentirez bientôt impuissant. Il est dit qu’ “Un guerrier meurt pour quelqu’un qui le connaît” (archives historiques). Connaître amène à estimer, et toujours montrer de la gratitude devrait devenir une habitude de tous les jours.

 

Désigné par la préfecture d’Okinawa comme détenteur du bien culturel intangible “Karaté et Kobujutsu d’Okinawa”.

Président de la Société de préservation du  Kobudō traditionnel d’Okinawa, Bunbukan

Nakamoto Masahiro

82 ans

La partie I est accessible ici

Série Okinawa Karaté « WA »
2020.11.17

 De nombreux dōjō de la préfecture d'Okinawa ont rouverts. Mais au milieu de la pandémie de la Covid-19, les passionnés de karaté du monde entier ne peuvent toujours pas venir à Okinawa. Afin de répondre à leurs demandes, notre centre a lancé un nouveau projet intitulé « Série Okinawa Karaté WA ». Avec la coopération d'instructeurs qui ont accueilli et enseigné aux pratiquants en visite depuis l’ouverture de notre centre en 2017, nous vous présentons quelques vidéos mettant en valeur l'essence du karaté d'Okinawa.

 Le titre de la série, « Wa » est généralement compris comme harmonie. Cependant, nous avons choisi un caractère japonais signifiant « circuler, entourer, faire le tour », avec l'espoir que l'art martial de la paix qu'est le karaté d'Okinawa apportera la paix dans le monde entier. « WA » est également un acronyme pour les mots anglais « Word » et « Action », le concept sur lequel cette série est basée.

 Grâce à ce projet, nous espérons encourager les passionnés de karaté du monde entier à continuer à s'entraîner jusqu'à ce qu'ils puissent venir à nouveau à Okinawa. Nous mettrons cette page à jour régulièrement, alors visitez-ls fréquemment!

 Veuillez visiter la page en anglais pour voir les vidéos.

À propos de Rei – 1re partie : Mabuni Kenei
2020.10.05

 

 Nous avons traduit en anglais un article écrit par Mabuni Kenei sensei, fils du fondateur de Shitō-ryū Mabuni Kenwa sensei.
 Rei peut signifier « s’incliner » comme dans « Shomen ni rei », mais aussi peut être traduit par gratitude, étiquette et bonnes manières comme dans « Shurei mon », la porte des convenances à l’entrée du château de Shuri.

 Un deuxième article écrit par Nakamoto Masahiro sensei, détenteur du bien culturel immatériel que sont le « karaté et kobudō d’Okinawa » sera bientôt mis en ligne.

  (Photo de M. Sam Moledzki, président, Karate-do Shito-Kai Canada)

********

Mabuni Kenei

Examinateur pour les passages de grades de la JKF

 Dans tous les arts martiaux et sports, ainsi que dans la vie quotidienne, une des choses les plus importantes est « Rei ».

 C’est également le cas en karatédo. C’est l’élément le plus important, la première chose à apprendre. Rei ne consiste pas en un simple hochement de tête, c’est une méthode pour tout d’abord corriger son attitude lorsque l’on se trouve en face de quelqu’un, et ensuite  corriger sa posture lors du salut.

 Rei ne nous pose aucun problème à nous les Japonais, mais certains étrangers m’ont amené à y réfléchir.

 Dans un dojo quelque part en Amérique Centrale ou du Sud, tous les élèves les plus avancés et les étudiants étaient alignés pour faire Rei au début de la leçon. Alors qu’ils étaient tous assis bien droits en « Seiza », ils se préparaient à saluer au son du « Rei ». Jusque-là tout allait bien, mais l’aspect essentiel du Rei était faux. Tous avaient gardé les mains sur les genoux et avaient juste vaguement hoché la tête. Tous étant de bons élèves enthousiastes et appliqués, je n’arrivais pas à comprendre ce qui s’était passé. Je posai alors la question aux élèves les plus avancés. Ainsi, je compris que le professeur japonais qui avait enseigné auparavant procédait de cette façon lorsque les élèves le saluaient. Je pense que si autant le professeur que les élèves avaient d’abord corrigé leur attitude mentale,  ils n’auraient jamais effectué ce type de salut. (1)

 Un autre épisode eut lieu dans une autre ville. Il fut décidé d’organiser une démonstration de karaté avec les étudiants d’une université de la région. Le gymnase où la démonstration allait avoir lieu fut rapidement bondé d’une foule arrivée tôt. L’endroit où nous allions nous produire était étroit, et le public se trouvait à seulement deux mètres de nous. A la première rangée, les femmes étaient assises sur des chaises. Faire le salut en seiza, tournés vers l’avant, constituerait inévitablement un salut respectueux envers les dames mais cela ne me semblait pas tout à fait correct. Je décidai alors de me tenir devant et d’effectuer un salut mutuel avec les élèves.

 Dans le cas du salut, en tant que coutume tradtitionnelle, je pensai qu’il ne devrait pas être effectué comme une simple formalité. Si nécessaire, la manière de saluer devrait être considérée en fonction de l’endroit.

 Lors d’une démonstration de kata de karatédo, il y a également des mouvements qui expriment Rei. Ces mouvements servent d’avertissement contre la fierté et, lors d’une démonstration face à une foule nombreuse, alors que nos maîtres et nos camarades plus avancés nous observent, nous sollicitons leur assistance pour le futur. Les leçons du karaté sont « Karate ni sente nashi – Il n’y a pas de première attaque en karaté » et « Kunshi no ken – Le poing du gentleman ». Ces phrases signifient qu’il faut entraîner les pieds et poings en silence, sans jamais blesser personne, et toujours traiter les gens avec une attitude respectueuse. Ainsi, le vrai dessein du karaté consiste à cultiver un caractère et une attitude nobles en respectant l’étiquette.

 

Publié dans le N°93 du Karate Shinbun

Rubrique Tenbōsha

Editeur : Karate Shinbun Corporation

Date : 20 mars 1977

Note :

(1) la manière correcte d’effectuer Rei à genoux :

A partir de seiza (à genoux), les mains sur les cuisses, faisant face vers l’avant du dojo, posez tout d’abord votre paume gauche et ensuite votre paume droite sur le sol en face de vous et, tout en gardant le cou aligné avec votre dos, saluez. Après une courte pause, et après que l’instructeur ait terminé son salut, revenez en seiza en ramenant d’abord votre main droite et ensuite votre main gauche sur vos cuisses.

 

2e partie par Nakamoto Masahiro

 

Article de 1969 sur maître Yagi et Sūpārinpe
2020.06.19

 

  Le dernier des six maîtres à avoir été interviewé, Yagi Meitoku sensei du Gōjū-ryū. Lire l’article en anglais.